Flux rss

  • Vous êtes ici :
  • Accueil >
  • Passeurs d'archives >
  • Au fil de la filature >
  • épisode 2 : les archivistes-sauveteurs ou les Experts à la filature !
Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

épisode 2 : les archivistes-sauveteurs ou les Experts à la filature !

Une première étape a permis de vérifier l'intérêt du fonds de la filature et de formaliser le don aux Archives départementales. (voir le premier épisode)

Compte tenu de l'aspect du fonds, en vrac et dans un état très dégradé, une sélection des documents s'impose et nécessite une intervention sur le site de la filature.

Une organisation bien rodée

 

L'organisation du travail ne s'improvise pas. L'évaluation effectuée lors de la première visite a permis de déterminer les moyens humains et matériels nécessaires au traitement du fonds. Le 10 juillet, le personnel décharge plusieurs caisses qui permettent le reconditionnement des archives. Avant de commencer, le personnel s'équipe entièrement et revêt les combinaisons, masques et gants qui le protégeront de la poussière, suie, moisissures qui recouvrent les papiers.

Cependant, il ne s'agit pas d'effectuer un dépoussiérage ! Ce travail minutieux interviendra plus tard...

Une sélection rigoureuse des documents

Plusieurs critères de sélection des documents sont retenus :

  • ne pas prendre les documents trop détériorés ou dont le contenu est irrécupérable ;
  • parmi la documentation mêlée aux archives, prendre uniquement la documentation technique directement liée à l'activité de l'usine ;
  • ne prendre en charge qu'un spécimen (3 exemplaires maximum) des documents en exemplaires multiples, notamment les feuilles d'actions, cartes perforées, échantillons...

Chaque document est passé au crible de ces critères. Selon le souhait du donateur dans sa lettre de don, les documents non sélectionnés par les Archives départementales sont laissés à sa disposition. Présent tout au long du travail, le donateur apporte aux archivistes sa connaissance de l'histoire de l'usine.

 

Les archives dévoilent leur secret

Le travail effectué fait apparaître une nette prédominance des dernières décennies d'activité de l'usine, de 1950 à 1976 environ (activités de cartonnage et de ficellerie). Les seuls domaines d'activité où émergent des documents plus anciens concernent surtout les domaines des ressources humaines (remontant au début 20e s.) et du conseil d'administration (collection assez complète depuis le début du 20e s.). Quelques plans et des échantillons de cartonnages ont aussi été collectés.

Au fur et à mesure de ce premier tri, le reconditionnement dans des caisses permet d'avoir une vision plus globale du volume réel du fonds pris en charge et de son contenu.

La sélection opérée par l'équipe des Archives Départementales représente environ la moitié du fonds d'origine. Ces documents sont conditionnés provisoirement dans 20 caisses qui se voient attribuées une cote d'archives (121J1 à 121J20). Désormais, la traçabilité de ce fonds d'archives est certaine.

Deux jours, une équipe de 5 personnes en tenue, plusieurs dizaines de caisses et...beaucoup d'énergie sont nécessaires pour venir à bout de ces quelques 3m3 d'archives !

Mais le travail est loin d'être terminé ! L'ensemble des documents, très détérioré, fortement touché par l'humidité, certaines pièces touchées par le feu, doit faire l'objet d'une décontamination avant d'entrer définitivement dans les locaux des Archives départementales...

(à suivre...)

Prochain épisode : « La décontamination des archives »


  Contact     Plan du site     Mentions légales     Questions fréquentes     Glossaire