Flux rss

Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Le doc du mois de février

Le drame des Lourdines

Profitons de la lecture d'archives organisée le 13 février aux Archives départementales pour revenir sur un drame local qui connut un retentissement national : l'incendie du dépôt de poudre des Lourdines à Migné-Auxances. En ce 8 décembre 1917, et comme à l'accoutumé depuis que la guerre fait rage, près de 300 femmes viennent travailler dans les anciennes carrières de pierre de Migné-Auxances à la fabrication de gargousses (charge pour les canons). Entourées de tonnes de poudre, elles ne songent pas au risque d'incendie et à la catastrophe qu'une simple étincelle peut produire.... Ce samedi matin à 10h45, un incendie se déclare dans un des baraquements. En moins d'une minute, le bâtiment qui mesure 40 mètres sur 10 s'embrase et il en faut de peu que le feu se propage aux autres lieux de stockage de poudre.

Liste des victimes
Liste des victimesListe des victimes

 

Malgré « l'énergie et le dévouement du personnel militaire », 15 ouvrières meurent, prises au piège des flammes et 8 autres sont mourantes. Sur l'état des victimes fait par le lieutenant-colonel, on retrouve que la plus jeunes n'a alors que 15 ans... une enfant ! Annoncé dans la presse locale, le bilan provisoire fait état de 21 mortes et 4 blessées. Au final, ce sont 22 ouvrières qui trouveront la mort dans ce qui restera pour l'histoire « le drame des Lourdines » ! Des obsèques nationales se déroulent à Poitiers le jeudi 13 décembre en présence du Ministre de l'Armement, Louis Loucheur.

Dans son discours, il rend un hommage appuyé aux femmes qui participent pleinement à l'effort de guerre : « Sur tout le territoire de notre douce France, 500 000 ouvrières, jour et nuit, dans la métallurgie, aux obus, aux fusils, à la fabrication des poudres et des explosifs, sans relâche, poursuivent leur dur labeur ». Il conclut en saluant, au nom du gouvernement de la République, ces victimes mortes pour la France. Aujourd'hui encore, on peut retrouver les noms de ces femmes sur la stèle commémorative érigée sur le lieu-même de l'incendie.


  Contact     Plan du site     Mentions légales     Questions fréquentes     Glossaire