Flux rss

  • Vous êtes ici :
  • Actualité
Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Actualité

Le doc du mois d'août

le 01/08/2018

Avant la passerelle...

L'îlot Tison se trouve ces jours-ci sous les feux de l'actualité locale, du fait de l'inauguration de la passerelle qui permet aux piétons d'y accéder depuis la promenade des Cours. Le nouvel espace vert qui vient d'y être créé ne doit pas faire oublier que l'endroit a été l'un des secteurs industriels les plus actifs de la ville depuis au moins deux siècles.

Il y a près de 200 ans, ce sont en effet rien moins que quatre moulins qui étaient étagés le long d'un même barrage à travers le Clain. Sur un plan du 14 juin 1820 représentant cette partie du Clain, seuls deux moulins sont visibles, « Thison » et Saint-Cyprien, mais il s'agissait dans les deux cas de moulins doubles, chacun des deux étant partagé entre deux propriétaires-exploitants.

Un arrêté du 14 mai 1849 est venu fixer durablement la réglementation des eaux pour ce secteur de la rivière : le nombre de moulins sur le barrage est alors réduit à trois, le propriétaire de deux de ces quatre moulins, un certain Chardon, ayant décidé d'abandonner définitivement celui des deux qui se trouvait sur la rive gauche. Sur un autre plan du 3 juillet 1856, le moulin de Tison est décrit comme une « scierie mécanique » appartenant à un M. Pallu.

Son usage en tant que scierie perdure ensuite pendant pratiquement tout le siècle qui suit. En 1888, un certain P.W. Mörch se rend acquéreur de la scierie de Tison et de l'autre moulin situé entre les deux rives du Clain, dit Grand moulin intérieur du Cours. Il sollicite et obtient l'autorisation, par arrêté du 15 décembre 1888, de remplacer les prises d'eau de chacun de ses deux moulins par une prise d'eau unique équivalente au débit cumulé des deux prises d'eau antérieures.

A la fin des années 1920, le fils de M. Mörch, toujours propriétaire des lieux, envisage d'augmenter la puissance des turbines installées dans sa scierie, ce qui suscite l'ire du minotier installé pour sa part dans le moulin encore actif sur la rive droite du Clain, à l'extrémité sud du barrage, un certain M. Bonnet.

La décennie de contestation qui s'ensuit nous vaut une volumineuse documentation, y compris un plan détaillé des installations entre la scierie de Tison et le moulin Bonnet, dressé le 11 mars 1938. Ces documents s'insèrent logiquement à la suite de l'ensemble des correspondances et des plans accumulés depuis le 19e siècle par la préfecture de la Vienne dans le cadre de la police des eaux dont les services de l'Etat sont chargés sur l'ensemble des cours d'eau.


Documents présentés (tous conservés sous la cote 7 S 26) :

-          Extrait d'un plan du cours du Clain depuis l'ancien moulin de Traine Bot jusqu'au canal de la Jasserie inclus, dressé le 14 juin 1820 : vue du secteur du moulin de Tison.

-          Plan du barrage de Tison dressé le 3 juillet 1856.

-          Plan du barrage de Tison dressé le 11 mars 1938.

Voir toutes les actualités


  Contact     Plan du site     Mentions légales     Questions fréquentes     Glossaire