Flux rss

  • Vous êtes ici :
  • Actualité
Diminuer la taille de la policeAugmenter la taille de la policeInverser le contrasteRétablir les styles par défautPour imprimer le document, utilisez les fonctionnalités de votre navigateur.

Actualité

Le doc du mois de février

le 04/02/2019

1789-2019, 230 ans de doléances...

24 janvier 1789, les États Généraux sont convoqués par la Lettre du roi : " Nous avons besoin du concours de nos fidèles sujets pour nous aider à surmonter toutes les difficultés où nous nous trouvons, relativement à l'état de nos finances, et pour établir, suivant nos vœux, un ordre constant et invariable dans toutes les parties du gouvernement qui intéressent le bonheur de nos sujets et la prospérité de notre royaume [...]".


Dans le Poitou, comme dans l'ensemble du royaume, cette missive fut le point de départ de la création des cahiers de doléances des trois ordres.


Pour ce qui est du Tiers-État, la rédaction se déroule dans un premier temps dans les paroisses, souvent en plein air, après la messe dominicale (1er et 8 mars semblent être les dates les plus choisies). Parfois, la résidence d'un notable ou le siège de la justice locale sont également des lieux de rencontre. C'est d'ailleurs très souvent des hommes de lois (notaires, juge seigneurial) ou des représentants de la bourgeoisie rurale qui sont "à la plume", mais ce n'est pas pour autant que les idées des paysans ne sont pas exprimées. Celles-ci sont d'ailleurs très concrètes et pragmatiques, là où les idées émanant de la bourgeoisie sont bien plus politiques, plus inspirées par une volonté nationale... Le document présenté ici en est la preuve. Il s'agit du cahier de Genouillé, paroisse de 1000 habitants appartenant alors à la sénéchaussée de Civray mais n'ayant que 11 signataires et dont les revendications semblent très orientées...

Deuxième phase de cette consultation nationale : l'élection de députés, censés représenter la population de la paroisse (dans les faits, les paysans seront faiblement élus alors qu'ils représentent plus de 80% de la population), ils se rendent aux assemblées de sénéchaussée pour rédiger un seul cahier reprenant les doléances des paroisses. L'influence directe des paysans s'arrête là. En effet, ce cahier est beaucoup plus général, plus politique et la désignation des députés qui se rendront à l'assemblée générale de la Province à Poitiers fait la part belle à la bourgeoisie et aux personnages les plus instruits.


Dernière phase avant les États Généraux : l'assemblée provinciale de Poitiers (17 mars 1789). Près de 2000 députés des trois ordres se présentent à Poitiers afin de rédiger les cahiers provinciaux et élire les représentants de la Province du Poitou à Versailles.
La séance d'ouverture a lieu dans la chapelle du collège Sainte Marthe (actuel collège Henri IV) sous la présidence du Grand Sénéchal. L'élaboration du cahier du Tiers-État est très compliquée et tumultueuse. Un coalition s'organise contre la capitale provinciale et finit par déboucher sur un compromis tiré du cahier de la Sénéchaussée de Fontenay Le Comte...
Au final, les députés du Clergé (majoritairement des curés), de la Noblesse et du Tiers-État (les ¾ sont des hommes de loi) partent pour Versailles et les États Généraux du 5 Mai 1789 avec des cahiers plus ou moins représentatifs des demandes du peuple poitevin.


Des cahiers de paroisses, très peu ont traversé ces 230 années (à peine 40 sur les 350 rédigés en 1789). La grande majorité est conservée dans nos murs et est disponible en accès libre sur les postes informatiques de la salle de lecture. Une opération de numérisation ayant été menée conjointement avec nos collègues des Deux-Sèvres et de la Charente.



Cote : C865

Bibliographie :
Les Poitevins prennent la parole ! Cahiers de doléances de la Vienne, Poitiers, CLEF de la Vienne, 1988. (Broch IN4 214)

Voir toutes les actualités


  Contact     Plan du site     Mentions légales     Questions fréquentes     Glossaire